01 34 50 88 44

Quel pilulier?

Il y a principalement 3 types de piluliers.

  • Le pilulier en … piluliers!

Il s’agit de préparer des piluliers hebdomadaires pour chaque résident et des stocker ensuite dans une armoire. L’inconvénient de ce type de stockage est le volume nécessaire au stockage des piluliers. De plus pour préparer ces piluliers le pharmacien ou l’infirmière doit déconditionner pour chaque patient les comprimés nécessaires et bien sur remplir les bonnes cases. Par ailleurs les médicaments hors sachets n’apparaissent pas clairement sur le pilulier et on a besoin de fiches de rappel.

  • Le pilulier en blister

Une autre technique consiste à préparer des blisters. L’idée de déconditionner les médicaments de leur blister pour en recréer un autre peut sembler curieuse mais c’est une solution qui reste simple à mettre en place. Selon les solutions les médicaments peuvent ou non être positionnés dans la même cellule. Au final on a des plaques de médicaments avec des couleurs différentes pour les prises du matin, du midi, du soir et autres… Donc au pire pour un patient ayant 5 traitements 3 fois par jour on a 15 plaques en blister.

Cela reste au final un gros volume de plaques avec lesquelles jongler lors de la dispensation des traitements. De même les traitements hors piluliers donnent lieu à des fiches de rappel séparées ce qui est source d’erreur.

  • Notre choix : Le pilulier en sachets
  • Ce type de pilulier est relativement récent puisqu’il a fallu attendre l’arrivée des automates en France pour voir les premières bobines de traitements. Les premiers à s’équiper furent certains hôpitaux puis les pharmaciens de ville à partir de 2007-2008.

    Ce système robotisé permet de réaliser des sachets-doses contenant la ou les prises du patient avec la description des comprimés (couleur, marquage, forme), les noms du générique et du princeps les informations légales et celles relatives au patient et la mention des traitements hors sachets.

    En fait on obtient une bobines de sachets pour chaque patient et les jours et les prises se suivent au fur et à mesure que l’on découpe les sachets. On a donc un sachet pour le matin, un pour le midi un pour le soir, puis on passe au jour d’après.

    Le robot qui produit ces sachets nominatifs contient des cassettes alimentées en vrac après déblistérage des boîtes de médicament. Elles sont calibrées pour chaque comprimé (taille, forme et poids)

    Les informations figurant sur chaque sachet sont paramétrables pour chaque établissement (Nom prescripteur, établissement, étage, chambre, table etc…)

    Mais il y a sachets et sachets

    Comme tout (ou presque) est paramétrable, cette solution offre un service très varié selon le degré d’utilisation des machines et des logiciels. En particulier le rappel des prises des médicaments hors pilulier peut être écrit sur le sachet au moment de la prise.

    Ce qu’il faut savoir :

    Le contrôle des sachets est nécessaire car les automates ont la fâcheuse tendance à décaler des comprimés (qui tombent dans un sachet à contretemps) et parfois les comprimés ne tombent pas dans les sachets. Or le contrôle visuel est très aléatoire et l’erreur humaine est malheureusement à redouter. Par ailleurs l’œil humain et le cerveau derrière n’a pas forcément en mémoire tous les comprimés, leur couleur, leur forme etc…

    C’est pourquoi après les automates, un nouveau type de machines est apparu : les machines de contrôle.

    Concrètement, les rouleaux produits sont examinés par la machine qui dispose de caméras haute définition qui photographient le sachet, et comparent son contenu avec les formes et tailles des comprimés correspondants afin d’éliminer le risque de traitement non conforme. Les comprimés du sachets sont conformes à la prescription, les erreurs éventuelles sont détectées et corrigées par les opérateurs.

    Une dernière chose à savoir : Gérer ses stocks de médicaments hors -pilulier.

    La liste des NPD

    Les médicaments qui sont en dehors des piluliers sont délivrés séparément et il est important de pouvoir à chaque délivrance stopper celle des médicaments déjà en stock dans l’établissement. Selon le système informatique utilisé, c’est plus ou moins possible.

    Le planificateur Ti-Dose de la société Ti-Medi permet de transmettre à l’établissement la liste des médicaments hors sachets afin de ne pas délivrer les produits déjà en stock.

    Le bon de livraison qui accompagnera ensuite ces produits permettra de contrôler la correspondance entre ce qui a été demandé et ce qui a été livré.

    Enfin chaque boîte livrée est étiquetée avec le nom du patient afin de mieux s’y retrouver.

    Prendre rendez-vous en ligneDoctolib